VIVRE AVEC DIEU ET AVEC LA NATURE

Jardinage, pêche sous toute ses formes, animaux, plantes, bricolage et environnement seront les principaux thèmes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Soyez les bienvenu(e)s et nous vous souhaitons une bonne visite sur ce site. Ce site n'est pas sécurisé mais comme je ne propose aucune action commerciale il n'y a aucun risque si vous venez vous inscrire.
Si mars commence en courroux , il finit tout doux, tout doux.
Quand Mardi-Gras est de vert vêtu, Pâques mettra des habits blancs (5 Mars).
S'il pleut avec Saint-Victorien, tu peux surement compter sur du bon foin (23 Mars).
A l'Annonciation, les hirondelles reviennent annoncer la belle saison (25 Mars).
S'il gèle à la Saint-Gontran, le blé ne deviendra pas grand (28 Mars).

Partagez | 
 

 L'HISTOIRE DES HORTILLONNAGES

Aller en bas 
AuteurMessage
Ghislain DAMERVAL
Admin
Ghislain DAMERVAL

Messages : 240
Date d'inscription : 17/05/2012
Age : 66
Localisation : Amiens -SOMME- PICARDIE- FRANCE

MessageSujet: L'HISTOIRE DES HORTILLONNAGES   Jeu 14 Fév - 17:52

L'HISTOIRE

FORMATION DES HORTILLONNAGES
A l'origine le site était un vaste marais constitué de nombreux bras de Somme et l'Avre. Ces marais ont été au fil des siècles drainés et aménagés pour que puisse s'y pratiquer la culture de légumineuses. Cet aménagement a consisté à creuses les canaux, qui servaient à irriguer, drainer les terres et, à rehausser les terrains par l'apport de matériaux.
En moins 350 avant notre ère, des fouilles archéologiques, des datations au carbone 14 ont clairement établis qu'une superficie très vaste comprenant l’Angleterre, la Belgique, la région nord (actuellement Nord - Pas-De-Calais - Somme - Oise - Aisne - Champagne-Ardennes) et Allemagne étaient occupées par des tribus Celtes et des Germains, tribus qui furent aussi appelées peuples des tourbières.
Vous comprendrez que je n'adhère pas à la théorie qui qualifie les romains de créateurs des hortillonnages, à mon avis l'exploitation de la tourbe et les compétences connues et reconnues aujourd'hui des gaulois en matières agraires me laissent penser que la présence romaine contribua à l'extension des hortillonnages non à leur création.
En effet, en 57 avant Jésus Christ, Jules César y établit sa chancellerie, son dépôt principal et son camp d'hiver. Dans l'obligation d'alimenter une grande quantité d'hommes, les romains ont sans doute fait appel aux prisonniers autochtones pris durant les batailles mais aussi de volontaires locaux et romains. J'accepte que soit remise en cause ma théorie, pourtant fondée, si on m'objecte que les hortillonnages sont appelés ainsi car appuyée par l’étymologie latine du mot hortus qui veut dire JARDIN; bien sûr cette hypothèse peut être vraisemblable mais personnellement j'en doute.
Il faudra attendre le Moyen-Âge  pour entendre parler à nouveau des hortillonnages.
En effet, la légende dit que les fondements de la cathédrale furent jetés en 1220 sur un champs d'artichauts donné par de pieux hortillons dont les visages sont sculptés au dessus de la porte du puits de l’œuvre de la cathédrale. Qu'il me soit permis de faire remarquer que la Cathédrale déclare avoir tout ou partie du crâne de St Firmin, relique revendiquée par quatre autres églises qui la possèdent également donc...  
Dés cette époque, on retrouve dans les archives des traces de transactions des terres du site:
- 1829 l'abbaye de Saint-Acheul acheta une terre à la Neuville.
- 1492 l’Échevinage se porte acquéreur des terres, certaines sont antérieures au douzième siècle.
- 1651 Bonnefont dans le jardinier français disait "Les hortillons picards méritent d'être appelés les plus fameux jardiniers que tous les autres provinces de France."
Jusqu'à notre siècle, on y cultive sans arrêt.
Même durant la dernière guerre, ils n'ont pas cessés d'être entretenus par les femmes qui ont remplacé les hommes partis au front. En 1944 ils furent bombardés, mais, les trous laissés par les boches ont été vite comblés.
Au temps de la féodalité, le Chapitre d'Amiens qui faisait peser lourdement son joug sur les serfs attachés à la glèbe, accorda aux villages de Camon et de La Neuville de larges franchises municipales qui permirent aux habitants de cultiver les Hortillonnages.
Dans le prochain chapitre j'aborderai l’ÉVOLUTION DES LIMITES DU SITE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghislain.lebonforum.com
Ghislain DAMERVAL
Admin
Ghislain DAMERVAL

Messages : 240
Date d'inscription : 17/05/2012
Age : 66
Localisation : Amiens -SOMME- PICARDIE- FRANCE

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DES HORTILLONNAGES   Lun 18 Fév - 16:26

ÉVOLUTION DES LIMITES DU SITE

La superficie du site a évolué au cours des siècles en diminuant progressivement face à l'extension de l'agglomération amiénoise.
Au Haut Moyen-Age, les jardins et les vergers, propriétés du Chapitre s'étendaient jusqu'à la Cathédrale.
dès le XII ème siècle, on y a vu les jardins se faire repousser par la construction de saint-leu. Au cours de ce même siècle, Philippe Auguste ordonne la construction d'une enceinte qui enclot saint-leu. Ce quartier est ensuite aménagé, notamment sur le plan hydraulique pour l'installation des moulins. A cette date, Amiens compte parmi les plus grande ville du Royaume; elle a dix à quinze mille habitants. Les hortillons (selon moi) devaient-être alors les uniques fournisseurs en fruits et légumes de l'agglomération. Cette culture était surtout développé en amont, ceci pour des commodités de transports. En effet, il est plus facile de descendre la Somme, surtout avec une barque chargée, que de la remonter.
En 1542, le site s'étend jusqu'à l'Avre. Il est pratiquement acquis que la construction de la citadelle au cours du XVI ème siècle a repoussé les hortillonnages vers l'amont. Il faudra ensuite attendre 1825, les remparts de la citadelle sont détruits puis la Somme est canalisée. 1840 marque la fin de la construction du chemin de fer, qui au niveau de Longueau, coupera le site. Dans les années 1850 l'agglomération progresse très rapidement. Les boulevards extérieurs sont construits après la guerre de 1870-1871.
L'actuel boulevard Beauvillé isolera la zone maraîchère de saint-Pierre et permettra son urbanisation. Les îlots saint-Pierre seront construits après 1920. En 1929, un pont est établi entre Amiens et Longueau. Ce pont entraînera un développement vers l'est qui marquera la limite sud des hortillonnages. Au nord les villes de Camon, Rivery, Amiens continuent à se développer et vont circonscrire le site dans ses limites actuelles. Après la seconde guerre mondiale, l'urbanisation grignotera encore quelques surfaces, surtout en périphérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghislain.lebonforum.com
Ghislain DAMERVAL
Admin
Ghislain DAMERVAL

Messages : 240
Date d'inscription : 17/05/2012
Age : 66
Localisation : Amiens -SOMME- PICARDIE- FRANCE

MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DES HORTILLONNAGES   Lun 18 Fév - 17:25

RÉGRESSION DE LA SURFACE CULTIVÉE ET DÉCLIN DE LA PROFESSION

Le constat

Depuis les années 1930, le nombre d'hortillons n'a pas cessé de baisser. En 1906 ils étaient 950, en 1960 110, en 1965 65, en 1970 30, en 1975 20, en 1990 9, en 1995 8.
Cette régression du nombre d'hortillons a logiquement entraîné une réduction de la surface cultivée.
Au début du XX ème siècle, la quasi totalité était exploitée; vers les années soixante, il y avait 50ha d'exploités; en 1993 il n'y en a plus que 25ha.

Les explications:


1- L'apparition des camions frigorifiques en 1928 permirent aux productions du midi de fournir Paris, à un moment où les hortillons avaient bien du mal à envoyer leurs légumes par le train. Ils ne purent guère résister à cette concurrence. Ils ont essayé de hâter la pousse de leurs légumes en chauffant artificiellement les cultures. Ils brûlaient des ordures ménagères mais la municipalité de l'époque refusa d'organiser le ramassage des ordures pour cela. Après la guerre, les hortillons essaient de relancer cette idée, mais sans succès. Déjà à cette époque, la profession était complètement désorganisée; la nouvelle génération commençait à changer d'activité. Le déclin s'est ensuite accéléré.
2- Le développement des transports ferroviaires avec utilisation de wagons frigorifiques permettant l'arrivée massives des productions méridionales et bretonnes.
3- L'ouverture du marché commun et le développement des transports routiers amènent les productions du Bénélux sur le marché.
4- Les problèmes liés au site exploité par les hortillons.
5- Les difficultés des hortillons à se structurer du fait de leur individualisme.
6- L'organisation familiale de l'exploitation rend difficilement possible son extension sans faire appel à la main d’œuvre extérieure chère.
7- La pression foncière: suite au rachat par les citadins de parcelles, les prix ont montés rendant difficile le rachat par les hortillons pour augmenter leur surface d'exploitation.
8- La nécessité d'exploiter des surfaces plus importantes pour satisfaire la demande. Une exploitation pour permettre à un hortillon de survivre doit se travailler sur un minimum de 2 ha.
9- L'utilisation de procédés culturaux archaïques.
10- Le transfert, en 1976, de leur point de vente: le marché sur l'eau à la zone industrielle leur a fait perdre une certaine clientèle..
11- L'accessibilité au site, tous les déplacements se font par bateau et donc grand consommateur de temps.
12- La qualité de la terre fait qu'il est difficile d'utiliser du matériel lourd.

Toutes ces raisons ont engendrées la régression de la profession d' hortillon. Cette régression implique un changement dans l'utilisation du site qui d'une vocation agricole prend une vocation de loisirs. Il va falloir surveiller de prés cette évolution qui pourrait à moyen terme faire disparaître les hortillonnages et pire encore une ZONE HUMIDE ESSENTIELLE AU COULOIR MIGRATOIRE DE LA FAUNE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ghislain.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'HISTOIRE DES HORTILLONNAGES   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'HISTOIRE DES HORTILLONNAGES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fete Histoire De Jouet
» histoire interessante de laurrier rose....
» Histoire entre canard de barbari et chien ...
» Index des chroniques d'oiseaux, anecdote, histoire
» Ma serre...l'histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIVRE AVEC DIEU ET AVEC LA NATURE :: QUI SUIS JE? & INFORMATIONS DIVERSES. :: LES HORTILLONNAGES AMIENS-CAMON-RIVERY-
Sauter vers: